Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite école est une chance 46

Adresse à Madame la ministre de l'éducation nationale, Figeac, 11 février 2017

17 Février 2017 , Rédigé par La petite école est une chance 46

Adresse à Madame la ministre de l'éducation nationale, Figeac, 11 février 2017

Discours du collectif La petite école est une chance 46, mobilisation pour les écoles du Lot, Figeac le 11 février 2017

Une fois de plus, la carte scolaire annoncée pour 2017 est effrayante, 19 projets de fermeture de poste.

Après la suppression des réseaux d’aides (RASED) sous Sarkozy, le gouvernement Hollande nous invente les « protocoles » qu’ils ont gentiment rebaptisés « conventions ruralités.

La machine à regrouper est en place. Comme pour les fermes, les communautés de communes, les régions ou les firmes chimiques Bayer et Monsanto. Il faut se regrouper, se concentrer pour être plus compétitifs !

Adieu les petites écoles de village et les enfants prenant le chemin de l’école, adieu les petites communes où les citoyens peuvent interpeller le Maire en allant chercher le pain.

Vive les cités scolaires où les élèves vont apprendre à devenir de bons petits soldats de la compétition mondiale, et après les écoles usines, pourquoi pas les écoles casernes comme à Luzech où le Conseil d’administration a voté la création d’une classe défense !

A Gorses, le DASEN nous a parlé d’équité : « vous comprenez, je ne peux pas laisser des classes à moins de 18 élèves quand d’autres sont à 30. Et puis vous avez un taux d’encadrement nettement supérieur à la moyenne académique. » Sauf que si on regarde le Cantal voisin, la moyenne d’élèves par classe est de 17,74 et que si on appliquait le même taux d’encadrement, ce n’est pas 50 postes qu’il faudrait nous enlever mais 150 qu’il faudrait nous rajouter. Et ne dites pas que le Lot n’est pas comparable avec le Cantal : à Gorses, on n’est qu’à une dizaine de kilomètres du Cantal. Pour ces enfants qui vont passer une grande partie de leur scolarité à prendre le bus, pour aller au collège, pour aller au lycée, qui vont devoir aller à Toulouse pour la Fac, est-ce que l’équité ce n’est pas d’avoir au moins l’école primaire au village ?

A l’heure ou tout le monde parle de relocalisation, ou l’éducation nationale met dans ses programmes le développement durable, la coopération, la lutte contre le réchauffement climatique, la petite école n’est pas un modèle archaique mais bien au contraire une chance pour la transition citoyenne et écologique. Pour faire des élèves d’aujourd’hui des citoyens autonomes, capables de coopérer pour répondre aux enjeux de demain.

La plus belle arnaque de la loi de refondation de l’école est le « plus de maitres que de classes » qui justifie les regroupements pour dégager des postes, il s’agirait de permettre d’expérimenter des organisations pédagogiques innovantes pour prévenir et remédier à la difficulté scolaire : mais lapédagogie « innovante » se pratique tous les jours dans les classes multi-niveaux à faibles effectifs et pour tous les élèves, ceux en difficulté comme ceux au contraire en avance sur les autres.

Pour revitaliser les territoires et faire de l’école publique l’école de la citoyenneté, nous demandons à Madame la ministre de l’éducation nationale:

  • L’arrêt immédiat des fermetures d’écoles,
  • L’arrêt des regroupements et des suppressions de postes,
  • La création immédiate de 8 postes de remplacement dans le Lot (c’est le nombre dont le DASEN nous a dit avoir besoin lors de notre rencontre à Gorses) recruté sur la liste complémentaire du concours de professeurs des écoles et non pas des contractuels non qualifés,
  • de soutenir les pratiques pédagogiques adaptées à nos classes rurales en multiâges à travers la mise en réseau, le partage des ressources et la formation des enseignants.

Je finirais par ces quelques mots de Victor Hugo à l’Assemblée Nationale lors du vote du budget concernant l’éducation et la culture en 1848 :

« L’ignorance, l’ignorance encore plus que la misère. L’ignorance qui nous assiège, qui nous investit de toutes parts. C’est à la faveur de l’ignorance que certaines doctrines fatales passent de l’esprit impitoyable des théoriciens dans le cerveau des multitudes. Et c’est dans un pareil moment qu’on songerait à attaquer, à mutiler, à ébranler toutes ces institutions qui ont pour but spécial de combattre, de détruire l’ignorance. »

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article